• Je, Max soussigné, déclare que j'en ai marre d'écrire mon blog, et vous renvoie au blog de Mix (alias Michel)

    mixmax.eklablog.com

    Si j'ai des choses à dire, je les lui transmettrai, il vous les transmettra.

    Max, chien flemmard.


    votre commentaire
  •  Départ :

    Dimanche 26 mars.
    Arrivée à Sénergues.

    Dimanche 26 mars.

     

     

     

     


    votre commentaire
  • Le ciel est bien gris...
    Belle grimpette dès la sortie d'Espalion.
    Après 2 heures de marche, de nouveau la pluie, la grêle, le vent. Max pas content !
    Je trouve un abri, sous le porche d'une église.

    Samedi 25 mars.

    Cette église est plus étanche que le K-Way de Martine. Elle appelle le Mix, qui retourne à Espalion compléter sa garde-robe.
    La pluie cesse, nous repartons et croisons le Mix dans un hameau.
    Quelques heures plus tard, nous retrouvons le Mix dans une forêt.

    Samedi 25 mars.


    votre commentaire
  • Dehors, un paysage enneigé à perte de vue.
    Nous ne marchons donc pas, je comprends que Martine envisage de revenir faire cette étape à la belle saison.
    Petite visite de Saint-Côme-sur-Olt, célèbre pour son clocher tors :

    Vendredi 24 mars.

    Malgré le parapluie, j'apprécie pas trop la visite du village sous la pluie.

    Vendredi 24 mars.

    J'apprends l'expression "tenir le haut du pavé".

    Vendredi 24 mars.

    Nous arrivons à l'étape du jour, Espalion, que nous visitons aussi. Martine s'achète un pantalon de pluie et des chaussures du même acabit. Rien pour me protéger, moi.
    Nous dormons sur un parking au bord du Lot. C'est là, au fond :

    Vendredi 24 mars.


    votre commentaire
  • Nous partons tôt, Martine s'est bien équipée, elle doit prévoir du froid : gants, K-Way, bâtons fourrés. Départ immédiat, le GR est juste là ! Martine a l'air contente.
    Jeudi 23 mars.

    Jeudi 23 mars.

    J'ai regardé le tableau de bord avant de sortir : altitude 1166 m, 3 degrés. Martine me dit que des averses sont prévues dans la matinée.
    Ça ne rate pas : vers 10 h, il pleut vraiment fort, il y a même de la grêle, je ne connaissais pas. Martine enfile une cape pour protéger le sac à dos. Je n'aime pas ça, ni la pluie, ni la grêle. De toute façon, j'aime pas l'eau ! Et en plus de grosses rafales de vent, et la cape qui claque à tout bout de champ, j'ai commencé à baliser grave. Je me suis mis à me cacher un peu n'importe où... Compostelle, oui ! La grêle, je refuse !
    Vers midi, on était trempés, on s'était abrités dans un bosquet un peu à l'écart. Le GR longeait une petite route, et là qui je vois qui passe ? Le Mix, dans le camion ! Ni une ni deux, je galope derrière le camion pour l'arrêter, j'ai plus envie de marcher ! Mais il ne me voit pas, il continue...
    Martine l'appelle, il y a du réseau, c'est inespéré (je ne comprends pas bien). Quelques minutes plus tard, le camion réapparaît. Je me roule sur mon tapis, je suis bien, je m'endors.
    Une heure plus tard, il se met à neiger.
    Nous roulons beaucoup cet après-midi, je ne comprends pas tout... Le soir, nous arrivons à Nasbinals, nous dormons sur une place, dans la neige.
    La photo, c'est moi, bien à l'abri dans le camion.

    Jeudi 23 mars.


    votre commentaire
  • Le ciel est dégagé, il a gelé cette nuit, Martine a froid.

    Mercredi 22 mars.

    Mercredi 22 mars.

    Mais le vent pousse sur le plateau les nuages des vallées :

    Mercredi 22 mars.

    Le Mix nous conduit à la sortie de Saugues, et nous voilà partis pour environ 24 km.

    Mercredi 22 mars.

    Mercredi 22 mars.

    Nous parcourons un vaste plateau, avec pas mal de marche sur du goudron.

    Nous retrouvons le Mix qui a garé le camion dans les bois, un peu avant Saint-Alban-sur-Limagnole, juste à côté du GR65.

    Mercredi 22 mars.


    votre commentaire
  • Mardi 21 mars.

    Bon, là on s'est améliorés : Martine a pris ses bâtons, et tout de suite je vois la différence, elle marche plus vite !
    Il fait plutôt frais m'a dit Martine (je ne comprends pas bien ce que ça veut dire), le ciel est gris, les paysages sont plus ternes qu'hier.
    Nous peaufinons notre méthode d'évitement des chiens, et Martine avec ses bâtons fait encore plus peur qu'hier avec ses seuls bras. Même moi j'ai la trouille.
    C'est une journée de marche un peu banale, avec une belle montée à la sortie de Monistrol-d'Allier, Martine en est réchauffée.

    Mardi 21 mars.

    Arrivée à Saugues, je commençais
    à en avoir marre :

    Mardi 21 mars.


    votre commentaire
  • Le grand jour !

    Lundi 20 mars. Du Puy-en-Velay à Saint-Privat-d'Allier.

    Première mise en pattes. Après la photo sous le panneau "Saint-Jacques-de-Compostelle 1522 km", une bise au Mix, et c'est parti !
    Ça commence par une belle montée qui coupe les pattes de Martine. Elle regrette déjà d'avoir oublié ses bâtons.

    Et puis nous débouchons sur le plateau de Haute-Loire :

    Le grand jour !

    Nous traversons des hameaux dans lesquels les chiens ne sont pas attachés, et parfois ils sont 3 ou 4 à venir nous tourner autour, avec des pensées pas toujours sympa... Au début, Martine me mettait en laisse à chaque entrée de hameau, avant de s'apercevoir que c'était dangereux pour elle autant que pour moi. Je lui ai donc proposé une stratégie, qu'elle a adoptée avec dans le regard une lueur d'admiration pour moi : elle me laisse libre, et dès que des chiens s'approchent de nous, je cours en avant et Martine repousse les chiens, puis me retrouve à la sortie du hameau.

    Je trouve les paysages très jolis, Martine me dit qu'elle aussi. J'ai plein de choses à renifler et à voir, Martine s'occupe de trouver le bon chemin. "Rouge et blanc", elle dit parfois. Il faut que je vous dise un truc : je me suis aperçu que Martine n'avait absolument pas le sens de l'orientation. Parfois, je vois bien qu'elle hésite longuement aux carrefours.

    Au lac de l'Œuf, grand moment d'hésitation... Puis elle voit les marques rouge et blanc sur un arbre, nous voilà repartis, et de nouveau le balisage sur un arbre. Mais dans l'après-midi, Martine ne voit plus où nous sommes, les repères sur la carte sont invisibles sur le territoire. Martine est obligée de téléphoner au Mix, heureusement qu'il y a du réseau (je ne sais pas bien ce que ça veut dire, mais ça a l'air important). Nous étions 4 km trop au nord. Il n'y a pas que le GR65 par ici, nous avons suivi le GR40. Et personne sur le chemin pour nous renseigner...

    Le Mix a caché le camion sous des arbres. Je suis détaché, j'explore les environs, ça sent la bête sauvage. Le lapin, principalement.


    votre commentaire
  • Dans 5 dodos, je m'en vais à Saint-Jacques-de-Compostelle !

    Ouais, à pattes.

    Avec Martine, à pattes également.

    • Ce blog est optimisé pour la "version standard" : sur votre portable, allez en pied de page et activez la version standard : vous aurez alors accès à quelques informations supplémentaires sur le côté gauche de l'écran.
    • En cliquant sur le titre d'un article, ou sur "votre commentaire", on accède à l'article et la zone de commentaires. Pour retourner au blog, cliquer sur "Accueil" (visible en version standard), ou sur la flèche "Page précédente" de votre navigateur en version mobile.
    • En version standard, les liens donnent accès à des blogs sympa, je vous dis pas pourquoi.
      Surtout le premier : il parle de moi !

    C'est mon premier blog, mon premier article, et je suis impatient d'aller frotter mes coussinets sur le GR65.

    Mon premier article !

    Merci Stann pour avoir pris l'empreinte de ma patte.


    11 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires